mardi 2 avril 2013

Éloge des femmes mûres, Stephen Vizinczey

Ce roman  d'un auteur hongrois, exilé  au Canada après les évènements de 1956, raconte la découverte de la sexualité par András Vajda,  jeune homme très jeune et très  timide tout d’abord,  impliqué au premier plan par  les malheurs de  la Hongrie  d’avant et d’après la guerre,  jusqu’à la fin de la domination communiste et son exil vers un pays libre, l’Italie puis l’Amérique du Nord où il est devenu professeur d’université. 
La vie du héros est proche du parcours suivi par l’auteur lui-même si bien qu’il est tentant de penser à une autobiographie  plus sexuelle que sentimentale. 
J’ai aimé les nombreux portraits de femmes qu’il rencontre, toutes  très différentes et pas toujours des plus sympathiques mais toujours plus âgées que lui, décision  prise après de mauvaises expériences avec des adolescentes de son âge dont il garde un souvenir cuisant. 
J’ai moins aimé les passages historiques qui tendent à alourdir le récit généralement enjoué et rapide de ses expériences, surtout vers la fin. S’ils se justifient parfaitement au début pour expliquer le caractère précoce et particulier de ses préférences sexuelles, ils deviennent plutôt superflus par la suite car moins directement liés à sa vie amoureuse. 
Le livre, traduit et publié  une trentaine d’années après qu’il ait été écrit, a obtenu un beau succès et j’avais très envie de le lire mais s’il ne m’a pas déçue, je l’ai trouvé moins croustillant et moins drôle que ce qui m’avait été promis. 
Malgré tout j’ai aimé cette lecture qui prouve combien peut –être  difficile la découverte de sa propre sexualité et  la connaissance  de celle  des autres. Le mérite de l’auteur, toute honte bue,  est de ne rien cacher de ses déconvenues et de ses nombreuses déceptions dans ce domaine avant de mieux se connaître et de s’affirmer enfin, en toute liberté.
Ce livre s’adresse aux jeunes gens,mais il est dédié aux femmes mûres – et c’est des rapports entre ceux-là et celles-ci que je me propose de traiter. Je ne suis pas expert en pratique amoureuse, mais j’ai été un bon élève des femmes que j’ai aimées, et je vais essayer d’évoquer ici les expériences heureuses et malheureuses qui ont, je crois, fait de moi un homme. (Première phrase) 
 Je ne regrette pas d’avoir écrit ces mémoires. Le lecteur n’en tirera peut-être pas grand chose, mais l’auteur y a trouvé son compte : j’ai de plus en plus de mal à me prendre au sérieux. (P.273) 
Stephen Vizinczey:  Éloge des femmes mûres,  Les souvenirs amoureux d'Andras Vajda, 
Traduit de l'anglais par Marie-Claude Peugeot. Titre original: In Praise of Older Women
(Gallimard, Folio, 2001/2011, 299 pages)

Première participation au mardi de Stephie

19 commentaires:

  1. C'est un titre que je veux découvrir depuis un moment déjà. Je suis ravie de ta participation, vraiment !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre a fait la réputation de son auteur. C'est un météore: il ne me semble pas qu'il ait beaucoup écrit ensuite.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. J'espère que ce sera pour toi une lecture intéressante.

      Supprimer
  3. Le propos est alléchant, mais j'écris ici ce que je pense tout bas très souvent, l'amour (comme le sport) c'est bien... à faire, vivre, éprouver et si je préfère de loin les mots aux images, j'aime à penser que notre propre expérience reste notre meilleur enseignement en ce domaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L' expérience, surtout en ce domaine, est difficilement transmissible pourtant j'aime bien lire celles des autres quand c'est bien écrit comme ici.

      Supprimer
  4. Au moins ta première participation au rendez-vous de Stephie me fait découvrir un titre qui me tente beaucoup. C'est pas souvent le cas chez les autres participants si tu vois ce que je veux dire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-ci, tout en restant léger, est peut-être un peu plus sérieux que bien d'autres.

      Supprimer
  5. Je rejoins le commentaire de Jérôme ^^ Tentée par celui-ci mais pas du tout par les Milady et autres nuances de trucs :P (on m'a proposé de me prêter Fifty shades pour que je me fasse mon idée mais pfff...on verra)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore lu le livre dont tu parles mais si j'en ai l'occasion, pourquoi pas. Tant de succès et aussi rapide excite ma curiosité.

      Supprimer
  6. Ça fait longtemps que j'ai envie de lire ce titre... Au moins ça me changera de toutes ces niaiseries que j'ai pu lire jusqu'ici !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus énervant avec ces niaiseries, c'est qu'elles se ressemblent toutes!

      Supprimer
  7. Voilà un roman qui a l'air très beau sur le sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est assez réussi et vaut la peine d'être lu.

      Supprimer
  8. Un livre que j'avais fort apprécié et qui n'est pas si scabreux que ça ... enfin dans mes souvenirs.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi mon impression. Rien de vraiment scabreux. L'auteur ne cherche pas à choquer sans vouloir rien cacher non plus.

      Supprimer
  9. J'ai aimé le regard masculin sur la sexualité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce regard ainsi décrit est aussi peu sûr de lui que celui des femmes. J'aurais imaginé le contraire. C'est intéressant à lire.

      Supprimer
  10. Titre qui pourrait être intéressant mais qui, je ne sais pas pourquoi, ne m'attire pas du tout

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.