samedi 9 mars 2013

Paysage de Yvon Le Men, Le Printemps des poètes,

Logo PDP
Le site du Printemps des poètes m'a permis de lire plusieurs poèmes d'auteurs que je ne connaissais pas. Au hasard. Parmi la vingtaine que j'ai pu lire, voici mon préféré. 


Paysage

Il existe
dans les livres d'estampes japonaises du XIXe siècle
des images que l'on trouve
dans les paysages bretons de toujours

est-ce d'avoir regardé les estampes
toujours, comme une première fois
qui a protégé mes yeux d'avoir regardé le paysage
toujours, comme une dernière fois ?

comme si demain,
je ne verrai ni les estampes
ni les rives du Léguer qui va et revient
au seuil de ma maison
et sur les murs de laquelle repose une estampe d'Hiroshige

Je l'ai trouvée
au cœur d'un hiver où la nuit était noire
jusqu'à l'aube d'un matin qui fut un premier jour

le premier jour du camélia
et de mes yeux enfin réveillés par sa blancheur

sur l'estampe
comme sur les hauteurs de l'estuaire
sont dressés, bleus tirant sur le noir
à l'est
noirs tirant sur le vert
à l'ouest
des pins maritimes

et
à la frontière de ce paysage où le soleil se couche
à la lumière de cette image où le soleil se lève
ils incarnent
d'un bout à l'autre du monde
le même poème écrit à l'encre de la même image.

(Inédit) été 2003

Yvon Le Men
Né en 1953, Yvon Le Men est breton et poète. Depuis son premier livre Vie (1974), écrire et dire sont les seuls métiers d'Yvon le Men. Il est l'auteur d'une oeuvre poétique importante (Le jardin des tempêtes, 2000, Un carré d'Aube, 2004) à laquelle viennent s'ajouter trois récits : Le petit tailleur de short (1996), la Clé de la chapelle est au café d'en face (1997), On est sérieux quand on a dix-sept ans (1999) et un roman Elle était une fois (2003). 
A lannion où il vit, il organise des rencontres intitulées "Il fait un temps de poème". "Etonnant voyageur", il participe au festival du même nom et de Saint-Malo à Bamako, de Sarajevo à Saô Paulo, il se fait passeur des poètes et des écrivains. Par ailleurs depuis plusieurs années il travaille dans les écoles, avec les enfants pour lesquels il a écrit Ouvrez la porte aux loups (1994).

20 commentaires:

  1. Merci pour cette jolie pause poétique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le printemps arrive avec les poètes!

      Supprimer
  2. Merci cette poésie est très jolie, elle se fait se rencontrer l'art de l'estampe et l'art des mots !
    Bisous et bon WE !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette exposition Van Gogh, Hiroshige, m'a beaucoup plu cet hiver.

      Supprimer
  3. Tout simplement : merci. Et je te souhaite un bon week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi d'être passé et bon week end aussi.

      Supprimer
  4. Je l'aime beaucoup ce poème breton en forme d'estampe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aimé l'association des deux thèmes.

      Supprimer
  5. Yvon Le Men est un poète breton très sympathique. C'est vrai qu'il accepte facilement les invitations qui lui sont faites pour venir parler de la poésie, dans les collèges et les lycées.

    J'ai vu moi aussi cette exposition Van Gogh, Hiroshige, et je l'ai appréciée également.

    Y.

    Supprimer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu le connais? il est de Lannion. J'ai eu du mal à trouver l'estampe qui pourrait correspondre. Pas sûre d'avoir trouvé mais c'était comme un jeu et ça m'a permis de revoir les nombreuses images du peintre proposées sur la toile.

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup ce site, j'y pioche parfois des poésies pour mes élèves ou pour mon simple plaisir ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une découverte dans sa forme actuelle pour moi.

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Un poète est passé chez toi! Quelle chance!

      Supprimer
  8. Si la poésie est la respiration du cœur, ici que d'air pur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'air du large partout, en tout temps. "La mer toujours recommencée" Merci d'être passé.

      Supprimer
  9. J'aime bien Yvon Le Men, j'ai plusieurs de ses recueils de poésie, et un nouveau vient de paraître "Sous le plafond des phrases" que j'ai bien envie d'acheter.
    Son père s'appelait Henri, et ses initiales étaient ... sociales !
    Et comme par hasard, j'ai rencontré un autre poète breton cette semaine, et compte évoquer la poésie en Bretagne.
    Bonne semaine, Mango !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suivrai donc ce que tu écriras sur ces poèmes que tu t'apprêtes à découvrir. Bonne semaine à toi aussi!

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.