vendredi 6 juillet 2012

Du bout des doigts de Sarah Waters ou un excellent moment de lecture

Quatrième de couverture
1862. Lant Street, Londres. Le rendez-vous des voleurs et des receleurs. Sue Trinder, orpheline, est confiée dès le berceau aux bons soins d'une trafiquante de nourrissons. À la veille de ses dix-huit ans, un élégant, surnommé Gentleman, lui propose d'escroquer une héritière, Maud Lilly. Orpheline elle aussi, cette dernière est élevée dans un lugubre manoir par son oncle, collectionneur de livres d'un genre tout particulier. Sue, en entrant au service de la riche jeune fille, tombe avec ingénuité dans un piège. Enveloppée par une atmosphère saturée de mystère et de passions souterraines, elle devra déjouer les complots les plus délicieusement cruels, afin de devenir, avec le concours de la belle demoiselle de Briar, une légende parmi les cercles interlopes de la bibliophilie érotique.

Sarah Waters: Héritière moderne de Dickens, mais aussi de Sapho et des Libertins, elle nous offre une vision clandestine de l'Angleterre, un envers du décor où les héroïnes, de mariages secrets en amours interdites, ne se conduisent jamais comme on l'attendrait. Un roman décadent, virtuose, où les ressorts les plus noirs de l'univers romanesque du XIXe se mêlent au réalisme incisif et décomplexé du XXIe siècle.

Née au pays de Galles en 1966, Sarah Waters a été libraire puis enseignante. Depuis la parution de son premier roman, Caresser le Velours (Denoël, 2002), sa notoriété n'a cessé de croître. La publication de Du bout des doigts marque sa consécration. Élue "auteur de l'année» par le Sunday Times, elle reçoit en 2003 le prix des libraires et le British Book Awards.

Mon avis:

C'est exactement un roman comme je les aime: Une fois plongée dans l'histoire, je n'ai plus voulu en sortir. Pendant trois jours, j'ai été Sue, du début à la fin,  la pauvre héroïne orpheline à laquelle il arrive bien des aventures, dans cette Angleterre victorienne digne de Dickens qu' une touche d'amours saphiques  actualise;  mais j'ai été Maud aussi qui ne connaissait le monde que par les lectures érotiques qu'elle faisait à son oncle tout d'abord. 
Rien n'y manque de ce qu'on peut espérer sur un tel sujet, à Londres dans les années 1860:  amour, trahison, corruption, machiavélisme et suspense. On ne peut demander mieux. 
Un excellent moment de lecture!
Je connais le monde et ses plaisirs aussi bien  que les pires débauchés de l'univers romanesque; pourtant je n'ai pas une seule fois franchi les murs du parc de mon oncle depuis qu'il m'a recueillie. Je sais tout sans rien savoir. Ceci sera essentiel pour la suite.  Il ne faudra pas oublier tout ce que je ne sais pas faire, tout ce que je n'ai pas vu.  Je ne sais ni monter à cheval ni danser. Je n'ai jamais eu  entre les mains de l'argent à dépenser. Je n'ai jamais mis les pieds dans un train ou un théâtre, jamais vu ni la mer  ni la montagne;Je n'ai jamais vu Londres mais j'ai l'impression de connaître la ville.  Elle m'est familière grâce aux livres de mon oncle. 
Ys l'a classé dans ses "Indispensables" ICI,

Du bout des doigts,  Sarah Waters, (Denoël & D'ailleurs, 2003, 750 pages. Titre original: Fingersmith, traduit de l'anglais par Erika Abrams)


Challenge d'Anne: Voisins, voisines, pour l'Angleterre

19 commentaires:

  1. Un de mes romans préférés ! J'ai aussi beaucoup aimé Caresser le velours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le premier roman que je lis de Sarah Waters mais je compte bien ne pas m'arrêter là!

      Supprimer
  2. Un bon moment qu'il est sur ma LAL celui-là, tu relances mon envie de le lire ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ys l'a classé dans ses romans indispensables et elle a bien raison.

      Supprimer
  3. Quel enchantement cette Sarah Waters ! Il faut que j’emmène un de ses livres dans mes cartons pour les vacances.

    RépondreSupprimer
  4. Toujours pas lu de S. Waters alors que je sens que c'est tout à fait le genre d'atmosphère et de personnages que j'aime...

    RépondreSupprimer
  5. Un abandon, carrément... (suis je normale?)^_^

    RépondreSupprimer
  6. C'est bien la première fois que j'ai envie d'être dans la peau d'une Sue ;)

    RépondreSupprimer
  7. Je ne connais pas du tout mais je suis très tenté. Je crois que j'aimerais beaucoup un roman comme celui-là.

    RépondreSupprimer
  8. Toujours pas lu celui-ci mais j'avais été impressionnée par " Ronde de nuit " se déroulant pendant la seconde guerre mondiale à Londres, un roman choral avec une chronologie à rebours et ce regard magnifique sur les femmes.

    RépondreSupprimer
  9. Envie de lire ce livre. Bonne soiréeMango. Y.

    RépondreSupprimer
  10. Merci Mango pour ce billet qui me donne envie de me plonger comme toi dans ce Londres de l’époque victorienne! Tout à fait ce que j'aimerai emporter avec moi pour les prochaines vacances...
    Bisous, bisous, je te souhaite un excellent week-end ma belle

    RépondreSupprimer
  11. il est aussi dans ma PAL - je crois que je vais passer un bon moment, du moins si j'en juge par ton chouette billet

    RépondreSupprimer
  12. Qu'est-ce que j'ai pu aimer ce roman. L'atmosphère, les péripéties... tout y était. Un excellent souvenir de lecture.

    RépondreSupprimer
  13. Ce roman est dans ma LAL depuis des lustres. C'est promis, je le mets dans ma PAL d'ici la fin de l'année.

    RépondreSupprimer
  14. Il est dans ma LAL depuis un sacré moment. Il faudra que je le lise un jour...

    RépondreSupprimer
  15. Je découvre ton billet aujourd'hui ! Et tu confirmes mon envie de découvrir cette romancière dont je n'ai encore rien lu. Encore une lacune à rattraper... en attendant, je note le lien, merci, Mango !

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.