dimanche 12 août 2012

En bateau ~ Verlaine

L’étoile du berger tremblote
Dans l’eau plus noire et le pilote
Cherche un briquet dans sa culotte.

C’est l’instant, Messieurs, ou jamais,
D’être audacieux, et je mets
Mes deux mains partout désormais !

Le chevalier Atys, qui gratte
Sa guitare, à Chloris l’ingrate
Lance une oeillade scélérate.




L’abbé confesse bas Eglé,
Et ce vicomte déréglé
Des champs donne à son coeur la clé.

Cependant la lune se lève
Et l’esquif en sa course brève
File gaîment sur l’eau qui rêve.

Paul Verlaine (1844-1896) Fêtes galantes  
Tableau de Turner (1775-1851)                    

11 commentaires:

  1. Un peu espiègle ce poème de Verlaine .. Bon dimanche Mango.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce pourquoi j'aime ce recueil des "Fêtes galantes". Bon dimanche à toi aussi!

      Supprimer
  2. Du gai Verlaine (sans mauvais jeu de mots), c'est inattendu mais tojours aussi beau... :)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas ! (le poème, pas Verlaine...) Merci, Mango, bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai découvert ce recueil après tous les autres et il m'a bien réjoui.

      Supprimer
  4. Classique ! J'ai toujours adoré Verlaine pour simplicité, sa douce mélancolie et sa musicalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un des poètes classiques que je préfère.

      Supprimer
  5. * sa simplicité.

    Amicalement, bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  6. Sur le coup je me suis dis : Didi tu as l'esprit mal placé ;-)
    mais en fait je l'ai bien placé hihihihihi.
    Comme prénom Chloris ça ne doit pas être facile à gratter... non à porter je veux dire :-O
    Bises et bonne nuit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joyeux en effet et ça surprend. Chloris, pas facile à porter mais quand même bien joli!

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.