samedi 23 février 2013

Eva dort, Francesca Melandri





"Eva dort"  est un très beau livre d’une très grande tenue dont je sors émerveillée.
Premier roman d’une scénariste italienne, il nous retrace les moments forts d’une région méconnue où les Italiens, des  blonds aux yeux bleus,  sont germanophones: Sud-Tyrol ou Haut-Adige, la région de Bolzano et du Val Gardena, enrichie désormais par l’or blanc.onnue où les Italiens, des  blonds aux yeux bleus,  sont germanophones: 
C’est un roman à l’ancienne, parfaitement bien structuré, une fresque historique depuis 1919, date où cette région frontalière  des Alpes fut annexée par l’Italie après la chute de l’empire austro-hongrois jusqu’à nos jours, en passant par toutes les réclamations indépendantistes, les bombes les, attentats du siècle dernier jusqu’à la mort si odieuse d’Aldo Moro qui bouleversa toute l’Italie.

«Eva dort», est surtout le roman de Gerda et de sa fille Eva, les deux héroïnes de l’histoire. Des femmes seules mais courageuses et libres qui ont réussi à imposer leur choix de vie dans un milieu hostile dominé par tous les préjugés de cette époque troublée.

 «Eva dort» est la réponse type fournie par Gerda, la mère,  à tous les moments importants de leur vie. C’est ainsi qu’Eva n’a pas connu son père venu la voir un jour, en cachette de sa propre famille. Elle n’a jamais reçu non plus les nombreuses lettres envoyées par son père adoptif adoré, Vito, le sous-officier des carabiniers en poste dans cette région,  devenu l’amour de sa mère qu’il ne put épouser pour des raisons politiques. Elle se vengea en coupant tous les ponts avec lui.

Mais le roman est surtout celui du long voyage en train qu' Eva, désormais libre et indépendante, entreprend trente ans après,  du nord au sud, jusqu'en Calabre où se meurt Vito qui l'a appelée à son chevet, après trente ans de silence et malgré le désaccord de Gerda, emmurée dans sa rancœur. Pendant que défilent les paysages des régions traversées, elle revit les moments forts de son existence dont beaucoup coïncident avec ceux du pays lui-même.

La fin est très belle. Juste celle que j'espérais. 
Je sais pourquoi tu dors aussi peu, Eva, me dit-il. Tu ne veux pas rater les secrets  que l'archange Michel confie à Adam.- Hein?- Milton, Paradis perdu, livre onze.(...)L'archange révèle l'histoire future de l'homme à Adam. Et il donne un somnifère à Ève: elle ne doit pas entendre, c'est une femme.  Ainsi tandis qu'Adam apprend les secrets du temps à venir, Ève dort.
 Eva dort de Francesca Melandri, Danièle Valin (Gallimard, 2012, 393p.)

Défi PR1Challenge du Premier roman d'AnneVoisins Voisines version Curlz
Autre challenge d'Anne pour l'Italie
Challenge Il viaggio chez Marc et Marcel 

28 commentaires:

  1. Je n'en avais pas encore entendu parlé. Je note le titre, ce que tu en dis est très tentant.

    RépondreSupprimer
  2. Je vais tenter de le trouver en "VO" ;) merci beaucoup, une fois encore... Je te souhaite un bon week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours mieux en VO mais pas toujours simple à trouver!

      Supprimer
  3. Curieux... Et comme je lis peu de romans italiens, pourquoi pas?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non seulement intéressant et bien documenté mais d'une belle écriture en plus.

      Supprimer
  4. Un joli titre visiblement... Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un roman de qualité. Il a pas mal été primé en Italie, par le Elle italien entre autres. Je ne sais pas d'ailleurs si c'est la meilleure des références! :)

      Supprimer
  5. Oh chic, je l'ai repéré et acheté, déjà !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte de lire ce que tu en auras pensé.

      Supprimer
  6. Je suis également conquise par ton billet. Merci pour la découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais lire davantage de livres italiens mais je n'en trouve pas facilement ici.

      Supprimer
  7. Je ne doute pas de la qualité d'un tel livre, mais ce n'est pas vers ce genre d'histoire que je me dirige spontanément.

    RépondreSupprimer
  8. L'histoire a l'air vraiment forte, je le note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une construction très solide et une histoire qui retient l'intérêt du lecteur.

      Supprimer
  9. Une découverte totale pour moi. Je ne connaissais pas du tout et j'avoue que ton billet titille mon intérêt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le type de roman qui non seulement retient l'intérêt mais apporte de réelles connaissances historiques et politiques sur une région.

      Supprimer
  10. Je l'avais repéré (chez mon libraire, je crois...) et cette histoire de voyage vers la Calabre m'a fait de l'oeil... Je note de le trouver un peu plus tard !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour qui aime l'Italie et s'intérersse à l'histoire récente de ce pays, ce roman est à recommander.

      Supprimer
  11. Ça a l'air très beau... En plus on connaît mal cette région germanophone, c'est l'occasion. Merci pour cette découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi en tout cas je la connaissais très mal et j'ai vraiment beaucoup appris avec cette histoire.

      Supprimer
  12. Il a tout pour me plaire : l'Italie, l'histoire, je le note !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus c'est une très belle histoire de femmes libres set courageuses, la mère et la fille.

      Supprimer
  13. Décidément, que de découvertes, non seulement littéraires mais aussi historiques !

    RépondreSupprimer
  14. très beau j ai trouvé ce roman chez Dominique et j'ai vu le lien vers ton blog
    Luocine

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.