lundi 13 août 2012

Alger sans Mozart, Canesi et Rahmani

Une réussite, ce livre,  qui restera probablement  mon pavé de l’été 2012, non seulement par le nombre de ses pages  (456) mais surtout par la richesse des thèmes évoqués et la complexité des personnages. 
Roman  choral à plusieurs voix  annonce l’éditeur pour rester dans le registre  musical du titre. Plusieurs voix se croisent, se complètent, se contredisent,   s’explosent ou finissent par s’harmoniser dans un final de toute beauté. 
Au centre, Alger la Blanche, la ville aimée ou haïe, tour à tour,  celle de 1954, de la haine et de la violence,  celle de l’expulsion des pieds noirs, de leur douleur et de leur incompréhension et celle des Algériens, de leur misère et de l’immigration vers la France,  enfin celle d’aujourd’hui.  
Louise est la voix principale, la plus forte,  la française qui  par amour pour Kader, son jeune mari, a pris fait et cause pour  le FLN et qui est restée  après son divorce, dans son bel appartement avec une vue magnifique sur la baie  d’Alger. Jeune fille superbe, courtisée, riche, gâtée, elle est devenue  une vieille femme obèse, sans dents, pauvre et surtout  très seule jusqu’à la rencontre de Sofiane, un jeune algérien  fougueux et naïf mais plein de foi en l’avenir, droit et religieux,  sans fanatisme, un très beau personnage dont l’ambition est de tourner dans un film du neveu de Louise, Marc, le grand réalisateur .
C’est la troisième grande voix du texte, Marc, qui revient à Alger, après une trentaine d’années, non pour revoir Louise comme le croit celle-ci mais pour y faire des photos pour Paris-Match. Elle lui présente Sofiane. 
C’est le véritable début du récit.  Toutes les générations sont représentées et en arrière-plan se jouent les aspirations de chacun vers une vie plus belle, vers la réalisation de soi qui passe par l’art, toutes les formes de l’art, musique, écriture, cinéma. La fuite du temps et les souffrances des corps, la présence constante des changements, voire des transformations et la mort obsédante, toujours en arrière-plan,  comme la grande menace permanente, tous ces thèmes  font de ce roman une fresque passionnante,  une mosaïque qui met en lumière soixante ans de schizophrénie, celle de deux pays qui refusent d’admettre leurs liens irrémédiables. 

Un roman beau et  fort.
 Donner le plus cher de soi, aimer sans réserve et, pour finir, crever de solitude. Et en prime, ce putain de cœur  qui battait comme volaient ces oiseaux: inutile. Je n'avais rien vu venir. 
Alger sans Mozart, Canesi et Rahmani (Éditeur : Naïve - Date de parution : Avril 2012 - 455 pages)

En ont parlé: Clara, Alex ...

Une maison d'édition qui a fait là un très bon choix et ce n'est pas le seul! Son site: ICI

22 commentaires:

  1. Réponses
    1. Tant mieux. C'est vraiment un roman bien mené.

      Supprimer
  2. Mouais, pas sûr que le thème m'inspire actuellement. Mais tu es enthousiaste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le thème me laissait perplexe et pourtant!...

      Supprimer
  3. Un beau roman et très intelligent !

    RépondreSupprimer
  4. Un très beau roman sur un sujet toujours aussi brûlant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prenant sans être mièvre ou trop consensuel!

      Supprimer
  5. Mango + Clara + le titre + la couverture = je note et renote ce titre !

    RépondreSupprimer
  6. Tu me donnes très envie de le lire. J'attendrai sa sortie en poche mais j'en prends bonne note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des personnages difficiles à oublier, une période historique bien cernée et une ville très troublante!

      Supprimer
  7. Je l'ai déjà noté, je pense qu'il peut m'intéresser.

    RépondreSupprimer
  8. J'aime bien ta bannière d'été.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bel endroit pour des vacances et de belles lectures.

      Supprimer
  9. Je le note, il va surement m'intéresser.

    RépondreSupprimer
  10. Ca a l'air très intéressant, j'aime les romans sur l'Algérie. Est-ce compliqué à lire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout! C'est au contraire un roman qui se lit vite et sans qu'on s'en aperçoive, bien qu'il y ait de nombreuses références à l'Histoire des évènements mais si bien intégrées dans le récit que je ne me souviens pas d'avoir souffert de longueurs!

      Supprimer
  11. Je connais très peu cette partie du monde... pourquoi pas, surtout si le roman est bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout une certaine période historique qui est mise en valeur ici. J'ai trouvé ce roman très agréable à lire.

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.