jeudi 25 avril 2013

L'Art de nuire - Pierre HOUDION


L‘art de nuire est celui de la calomnie pratiquée par  la famille tutrice de Mademoiselle de Carvoisin, une jeune fille noble mais orpheline, élevée comme il se devait  à Saint-Cyr où elle connaîtra sa bienfaitrice, la duchesse de Chartres, future mère du roi  Louis-Philippe. Cette histoire se passe sous Louis XV et il est dit que Tous  les personnages nommés, même une fois, ont existé et toutes leurs lettres ou notes  citées sont authentiques de même que les événements de la petite et de la grande Histoire qui apparaissent en fond.
L'art de nuire par Houdion Contrairement à toute attente, à sa sortie du couvent, la jeune fille soumise et ignorante des  réalités  sociales de son époque, que l’on peut flouer comme on veut, apprend vite à se méfier de sa tutrice jalouse et avare et à préférer un amour réel mais pauvre à un vieux beau très riche mais indifférent. Rien dès lors ne sera simple dans sa vie.   L’idée du bonheur était encore trop neuve en Europe.

Ce petit livre (138 pages) m’est tombé du ciel ou plutôt il est apparu dans ma boîte aux lettres de façon tout à fait inespérée car je n’en avais jamais entendu parler et n’avais rien demandé.  
Je n’ai pas attendu longtemps pour le dévorer, vu la couverture et ce qui est dit de l’auteur dont c’est le premier roman mais qui  est plongé  dans les archives du XVIIIe siècle depuis une bonne vingtaine d’années. Or j’aime ce siècle et je vénère les amateurs d’archives qui s’abîment les yeux à scruter les anciens écrits pour faire revivre nos ancêtres.  Il m’a plu tout de suite tant par le thème, l’héroïne et son histoire que par le style très soigné.
Ainsi des premières lignes: 
Tout, dans la personne de Mme d’Achy, annonçait son refus farouche de l’âge, sa volonté de paraître charmante, avec néanmoins un certain quant-à-soi de pruderie, légère concession de sa part à l’évidence de l’envol de sa première fraîcheur, mais qui la conduisait, malgré toute sa réticence, au statut cruel d’ancienne jolie femme. Elle en concevait une amertume singulière, d’autant plus inattendue de la part de quelqu’un d’aussi lucide qu’elle, ce qui ne l’en désespérait que davantage, dans ce vain combat qu’elle se livrait à elle-même et qu’elle perdait à chaque instant. Elle en était venue au point de ne plus pouvoir tolérer le moindre air de jeunesse chez les autres femmes de sa parenté et de son entourage. Et quand la malchance conjuguait ce bonheur aux traits de la beauté, cela lui devenait plus qu’intolérable: cela la rendait ivre de jalousie et de méchanceté, ce que la prudence la forçait de dissimuler aux yeux de tous, grâce à ce sourire empreint de mélancolie qu’elle avait récemment adopté, à peine démenti par l’acuité de son regard, seule mise  en garde qu’elle n’avait pas encore su adoucir.
Ce livre m'a enchantée tout un après-midi. 

L'Art de nuire - Pierre HOUDION
(Editions Thierry Marchaisse -   Mai 2013, 138 pages)

14 commentaires:

  1. Encore un titre qui, à lui seul, est un programme qui donne envie. Ma pile des à lire étant ce qu'elle est, j'envoie tout de même les références à quelque passionné de ma connaissance ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour tous, bien sûr mais spécialement pour les amoureux du beau style.

      Supprimer
  2. J'aime bien les trucs tombés du ciel, c'est souvent grâce à ça qu'on fait de belles découvertes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact! Rien de plus barbant que les lectures imposées!

      Supprimer
  3. Jamais entendu parler de l'auteur ni de l'éditeur. Maintenant, j'avoue que le sujet me tente moyennement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'art de nuire ou l'art vache et méchant! Quel pouvoir pouvait avoir la calomnie dans cette société et ce milieu aristocratique!

      Supprimer
  4. Ce n'est pas un livre pour moi mais ton enchantement fait plaisir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, cette lecture a été enchanteresse!

      Supprimer
  5. Je sens que ce livre pourrait m'enchanter également car j'aime le XVIIIe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire ne traîne pas et ce roman se dévore!

      Supprimer
  6. Je sens que cela m'aurait plu!!!

    RépondreSupprimer
  7. J'aime beaucoup cette période histoire. Je le note (^o^)

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.