jeudi 10 mai 2012

Un éclat minuscule de Jean-Baptiste Gendarme

Stéphane, Clémence, un jeune couple désireux de prendre un peu de repos loin de  leur enfant de vingt mois resté en France, ont un accident. Tout se passe  en trente minutes,  en Égypte,  dans une ruelle  très fréquentée d’Alexandrie. Stéphane,  quelque peu  blessé, attend les secours près de Clémence,  bien plus gravement touchée. Il revit les moments clés de sa vie, entouré de passants curieux et peu compatissants.

Tout pour plaire en apparence ce petit livre!  Belle collection. Grand éditeur, quatrième de couverture attirante. Jeune romancier, inconnu pour moi mais qui en est déjà à son  quatrième roman. Que des bonnes critiques dans la presse hebdo -  comme d’habitude d’ailleurs! Un seul bémol  de la part d’une lectrice qui avoue être restée en dehors de cette histoire, complètement indifférente à ses rebondissements. 
A mon tour, autant le dire tout de suite: voilà un roman que je n’ai pas aimé:  il me tombait des mains ou me faisait dormir. Bref il m’a  ennuyée  Il est court, c’est pourquoi je l’ai terminé mais en sautant  des pages vers la fin quand j’ai compris qu’il ne se passerait rien de plus qu’un flash back de souvenirs attendrissants pendant l’attente de secours qui semblaient ne jamais devoir arriver! Le héros m'est devenu très vite antipathique  tant il est lâche, plaintif, passif, hésitant, d'une sensibilité exacerbée peut-être mais agaçante quand il faudrait être actif et prendre des décisions rapides...Bref une histoire déjà oubliée. 

Pour toute citation, je retiendrai ce défaut supplémentaire du héros (p 37) "apotropaïsme" ou la tendance maladive à imaginer le pire.  
Cette pratique repose sur la superstition et consiste à formuler une hypothèse dont on espère - en son for intérieur- qu'elle ne se réalisera pas. 
Un éclat minuscule de Jean-Baptiste Gendarme.  (Gallimard, 2012, 114 pages)

16 commentaires:

  1. merci pour l'apotropaïsme :), pour le reste, je passe!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mot n'est pas des plus heureux mais la chose m'est assez habituelle! :)

      Supprimer
  2. Ah tiens, un défaut que j'ai mais dont je ne connaissais pas le nom !

    RépondreSupprimer
  3. Déjà le thème ne me parle pas tellement, ton avis en plus, je passe.

    RépondreSupprimer
  4. Si je comprends bien:Je ne peux donc pas imaginer plus "apotropaïsmique" que ce roman!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut le dire ou bien apotropaïque peut-être...

      Supprimer
    2. Sûrement! C'est un mot que je ne connaissais pas, merci Mango!

      Supprimer
  5. J'ai lu un autre roman de cet auteur, que j'ai absolument oublié !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai déjà pratiquement oublié celui-ci!

      Supprimer
  6. Un de moins à noter sur ma liste, c'est déjà ça de gagné !

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.