vendredi 6 avril 2012

La maison Matchaiev de Stanislas Wails, premier roman


La maison Matchaiev est vide. La maison  Matchaiev,  sorte de datcha en Bourgogne, a perdu son dernier habitant, Sergueï qui,  par son suicide,  l’a transformée en maison du pendu, difficile à vendre désormais. Son destin n’en sera que plus libératoire et surprenant.
Mais je commence par la fin alors que c’est le début de ce premier roman que j’ai le plus apprécié. D’abord la phrase de Bachelard:  
 Le réel n’est jamais ce qu’on pourrait croire mais il est toujours ce qu’on aurait dû penser.
Ensuite la lettre d’adieu du père à ses trois enfants  avant son suicide:
Dehors, les arbres font une couronne mouvante à la maison qui craque de toutes ses jointures. Du bois, partout du bois. Le vent s’est remis à souffler comme un dieu furieux, je lui confie quelques baisers pour vous. C’est un temps parfait pour partir.
Le récit lui-même est divisé en deux parties: les fantômes du temps et le temps des fantômes.

Dans la première, la plus réussie, on découvre les trois enfants de Sergueï, de 20 à 30 ans, un an après le décès de leur père. On apprend à les connaître avec  leurs faiblesses. Pierre, l’aîné, le plus sérieux et le plus raisonnable mais qui cache aux autres  sa liaison avec une maîtresse, Anne, toujours un peu  révoltée,  prête à  retourner vivre avec celui qui l’a  récemment quitté, au grand désespoir de ses frères  et enfin Joshua, le peintre dessinateur, sympathique, enjoué, mais fantasque et rêveur, qu’on adore mais sur lequel il ne faut pas trop compter.
Leur ascendance russe les a marqués  mais leur vie est pleinement parisienne. Ils vivent au présent  et à cent à l’heure, désireux d’oublier  le passé trop lourd et encore plein de secrets d’une famille qui s’est en partie compromise avec le régime stalinien 

Dans la seconde partie, plus lente, ils se retrouvent en pleine campagne dans cette maison qu’ils doivent  vendre  à contre cœur pour des raisons financières. Auparavant, ils doivent faire le vide de cette maison d’enfance encore si pleine de souvenirs. Elle est froide, humide, encombrée  de vieilleries mais encore si tendrement aimée.  L’agent immobilier chargé d’en faire l’estimation  est une personne  odieuse et indélicate. Ils hésitent désormais à la vendre.
La fin est belle bien que traumatisante. Une vraie fin de roman.
   
J’ai surtout aimé le ton léger, vivace et sensible à la fois, adopté par l’auteur pour traiter cette histoire de famille qui s’effrite. Loin d’être triste, c’est plutôt de nostalgie légère, de révolte feutrée et de  tendresse  enfantine qu’est fait ce récit dont l’humour n’est d’ailleurs pas absent. 
Un premier roman qui laisse espérer un second peut-être encore mieux maîtrisé.
 La maison Matchaiev de Stanislas Wails (Serge Safran éditeur, décembre 201, 251 pages)
Premier roman  pour le challenge d'Anne. 

14 commentaires:

  1. Décidément, comme hier, tu présentes aujourd'hui un roman qui me fait très envie depuis sa sortie. Ma LAL ne te remercie pas :-(((

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un roman réussi mais fragile comme le sont parfois les premiers romans. Malgré ses maladresses de construction, je l'ai trouvé agréable à lire, genre délicieux.

      Supprimer
  2. Je n'en avais pas entendu parler mais tu donnes envie !!

    RépondreSupprimer
  3. Un roman qui me tente beaucoup, surtout qu'un premier roman ça m'intéresse toujours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai passé un agréable moment avec ce livre.

      Supprimer
  4. Moi non plus je n'en avais pas entendu parler. A priori, les histoires qui tournent autour de secrets de famille me tentent généralement :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a un certain charme et une fraîcheur qui m'ont séduite.

      Supprimer
  5. Je note.

    Bon week-end de Pâques Mango

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonnes fêtes pascales à toi aussi, Alba.

      Supprimer
  6. Eh bien, en voilà un premier roman fort tentant. Je dois dire que les citations ont fait mouche et que je le note sur-le-champ sur ma LAL. Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que l'auteur saura s'affirmer.

      Supprimer
  7. Ton billet me donne envie de découvrir ce roman!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux! C'est un premier roman qui mérite qu'on en parle un peu plus.

      Supprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.