jeudi 5 avril 2012

Lire comme une rencontre amoureuse qui n'aurait pas de fin... écrire pour laisser la solitude s'épanouir

Lire c’est comme une rencontre amoureuse qui n’aurait pas de fin. Ici, pas d’arrachement, mais une succession sans rupture, voire une coexistence heureuse de liens multiples, durant parfois toute la vie. Cela commence par un coup de foudre pour un livre. Alors je lis tout de son auteur, j’aime tout de lui. Puis vient l’accomplissement de l’amour qu’est l’écriture. Écrire, pour moi, veut dire élire un de ces compagnons de prédilection, un peu comme on se décide à s’engager dans une liaison qui durera des mois, voire des années, jusqu’à ce que son fruit arrive à terme.
Mais écrire, c’est aussi s’engager dans une ascèse qui, d’ailleurs, comporte son plaisir propre. Il faut inventer à sa mesure, ses rythmes, ses rites, ses règles de vie, un cadre et une discipline, sans omettre de préserver la part due au lien avec les autres, car, dans l’ascétisme, il faut se garder des excès, tous les ascètes le savent. Roland Barthes l’a très bien vu, qui s’est longuement interrogé sur les modes de vie solitaires, l’aménagement des relations nécessaires avec les autres, qu’il souhaitait le plus légères possible afin de préserver le temps qu’il faut pour écrire, c’est-à-dire pour laisser la solitude s’épanouir.
O Solitude de Catherine Millot, roman, (L'Infini, nrf, Gallimard, mai2011,  167 pages)

Catherine Millot parle de son livre ICI et ICI
O Solitude de Henry Purcell par Alfred Deller: ICI

23 commentaires:

  1. Tu nous fais le coup du cadeau empoisonné là, et tu veux qu'on fasse comment pour résister à ça ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un livre que je viens de découvrir et qui m'a vivement intéressée. Je l'aime tellement, il est si riche que j'ai beaucoup de mal à en faire le compte rendu.

      Supprimer
  2. Wouah !
    Quel beau billet tu nous as encore troussé là !

    Et comme le souligne Dominique : comment résister à ça ?

    Y.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne résiste pas! Si tu en as l'occasion lis -le surtout!

      Supprimer
  3. Quel bonheur que de lire et de se laisser aller, en s'invitant parmi les personnages du roman! Ecrire necesssite de tracer un chemin pour ne pas se laisser aller en vue d'atteindre le bonheur d'un travail accompli!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça: Lire et écrire comme le luxe suprême mais il y faut une certaine forme de solitude.

      Supprimer
  4. j'aime beaucoup cet titre "lire comme une rencontre amoureuse"
    concernant la solitude, l'un des plus beaux livres que j'aie lu sur ce sujet est celui de jacqueline kelern

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci du conseil, Niki. Je vais aller me renseigner.

      Supprimer
  5. Dois je dire que je te déteste? En plus j'ai la musique de Purcell en tête, maintenant..;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :)) Elle est superbe cette musique! Le titre vient des paroles , bien sûr: "O Solitude! my sweetest choice!"

      Supprimer
  6. Oh misère, même commentaire que Dominique, tu ne pouvais pas citer plus tentateur...
    " laisser la solitude s'épanouir ", c'est magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre m'a surprise! Je ne m'attendais pas à l'aimer autant.

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Un excellent livre à méditer plus qu'à lire comme un roman. Les videos de l'auteur où elle parle de son livre sont intéressantes aussi.

      Supprimer
  8. J'ai failli l'acheter à sa sortie, puis j'ai vu un billet très négatif et j'ai décidé d'attendre. Voilà que tu ravives la flamme et pas qu'un peu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, je n'ai pas vu ce billet négatif. J'ai du mal à rédiger le mien car le tri est difficile avec un livre aussi plein de beaux chapitres. Le seul reproche vient de la présence des premiers où elle raconte la croisière pendant laquelle elle a écrit son livre. C'est complètement déphasé par rapport au reste bien plus remarquable. Elle explique que c'est parce qu'il s'est passé des années ensuite entre ces deux moments d'écriture. N'empêche, ce livre vaut vraiment la peine d'être lu!

      Supprimer
  9. J'ai retrouvé l'avis : http://lapetitemarchandedeprose.hautetfort.com/archive/2011/08/25/o-solitude-de-catherine-millot.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Aifelle! Ce qui est dit là est juste mais ne correspond qu'à la première partie plus autobiographique dont je parlais. La suite est très différente et d'un autre niveau. Catherine Millot s'explique d'ailleurs sur la conception de son livre rédigé en deux temps bien distincts et sur l'appellation de roman qui n'est pas heureuse à mon avis mais c'est Sollers, le directeur de cette collection, qui l'a imposée. Je suis sûre que ce livre t'intéresserait vivement quitte à passer directement à la page 81. Ce n'est pas courant mais ça en vaut la peine! A partir de là est caché le trésor !:)

      Supprimer
  10. Un livre qui devrait me plaire, me parler et peut-être bien m'aider. Noté dans ma LAL sur le site "entrée livre", où je tiens désormais tout cela à jour très sérieusement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des destins de solitaires très surprenants et inattendus.

      Supprimer
  11. Ah oui, là, après un tel billet, pas d'autre solution que de se précipiter sur ce livre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est bien et pour les idées et pour le style!

      Supprimer
  12. Une belle belle lecture, en prenant le temps qu'elle mérite. Merci.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.