dimanche 19 août 2012

Une odeur de gingembre, Oswald Wynd

Quel roman magnifique je viens de terminer!  Je lui ai consacré tout mon temps libre ces trois derniers jours de canicule et j’en sors éblouie.  Ce n’est pas une découverte pour la blogosphère littéraire puisque presque tout le monde l’a lu désormais,  après tant de billets  d’un enthousiasme mérité.
C’est par Manu que je l’ai connu tout d’abord et les commentaires étaient tous si pleins de coups de cœur que j’ai couru l’acheter aussitôt. Un an après seulement, enfin,  je le sors du purgatoire où finit inévitablement tout livre entré dans ma Pal.
C’était le bon moment: juste le genre de roman que je cherchais pour ces journées pénibles où la chaleur m’accable.  J’ai été subjuguée  par l’histoire de Mary Mackenzie, la petite Écossaise  embarquée à 20 ans d’Édimbourg  vers la Chine des années 1900 pour se marier à Richard Collingsworth, l’attaché militaire britannique  auquel sa famille l’a promise et qui nous fait partager toute sa vie grâce à  son journal, à ses lettres à sa mère ou aux amis successifs de sa vie très mouvementée qui suit les soubresauts historiques de la guerre des Boers à peine terminée à son arrivée à Pékin jusqu’aux années de la seconde guerre mondiale, après Pearl Harbour.
Sa vie intime, amoureuse, amicale, sentimentale,  professionnelle enfin, est intimement liée aux drames des deux pays auxquels elle s’est intimement attachée.   La Chine, le Japon, sans oublier l’Écosse où vivent sa mère et sa fille, ces pays sont plus qu’un décor, ce sont presque des personnages à part entière. C’est le triangle dans laquelle sa vie est enfermée.
Je ne veux pas refaire un résumé détaillé. Je renvoie à celui de Manu. Juste dire mon étonnement  à chaque page pour tout ce qui peut lui arriver,   ce à quoi je ne m’attendais pas du tout. J’ai d’abord cru à une histoire surtout sentimentale quand elle raconte son long voyage par mer  et les rencontres qu’elle fait sur le bateau.  Une idylle s’annonçait avec ce mari que tout le monde trouvait si beau mais elle est si seule,  si naïve, si démunie… Tant de malheurs vont survenir.  N’empêche! Quel tempérament!  Ses deux drames  - les plus terribles que j’aurais pu envisager-  la rendront plus forte.   Elle ressemble à cet arbre à l'odeur de gingembre qu'elle fait pousser dans son jardin et que  sa forme de buisson  "rend un peu incongru dans un jardin japonais classique." 
Je viens de la quitter. Elle avait 58 ans sur cet autre navire de 1942, lorsqu’elle rencontre  enfin un jeune kamikaze  qui la salue pour un dernier adieu.
Une fin  dramatique, émouvante. L'espoir de toute une vie vécu en un instant. On ne pouvait faire mieux! 
 J’ai pu le suivre des yeux un instant, quittant le salon après m’avoir lancé un dernier regard. 
 Une odeur de gingembre, Oswald Wynd,Traduit de l'anglais par Sylvie Servan-Schreiber ( The Ginger Tree), 1977

Challenge d'Anne, Voisins voisines,  pour l'Ecosse
et Challenge Dragons 2012 pour la Chine et le Japon.  

38 commentaires:

  1. Je vais finir par craquer! Comme quoi c'est bien, ces billets qui arrivent des mois ds mois après la première vague. Il est à la bibli, en plus!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un roman dans lequel j'ai encore du mal à sortir. Je pense à l'héroïne comme à une personne que j'aurais connue! C'est fou! Je pense que tu pourrais l'aimer aussi!

      Supprimer
  2. Ah je suis ravie, mais ravie, tu ne peux pas savoir. Déjà de t'avoir donné envie mais en plus que tu aies aussi succombé au charme de ce roman. Ah c'est dans ces moments là qu'on aime encore plus partager notre passion de la lecture :-) Merci Mango, tu vas peut-être me redonner la motivation pour blogguer qui est un peu partie en ce moment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai du mal à bloguer en ce moment moi aussi. Je supporte difficilement la grande chaleur! Je t'assure, ce roman, je l'ai adoré. Tiens j'ai oublié de le classer dans mes coups de cœur. Quelle vie a eu cette héroïne. Je m'étonne d'ailleurs qu'un film n'ait pas été tourné à partir de cette histoire! Ce pourrait être magnifique!

      Supprimer
  3. Je dois avouer que je n'avais jamais entendu parler de ce roman ! Mais ton billet me donne très envie de le lire à mon tour :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel plaisir, ce livre, je t'assure! Je n'ai vraiment pas été déçue!

      Supprimer


  4. Je suis bien tentée moi aussi ; je crois qu'il me plairait, ce livre !
    Bon dimanche, Mango. Viens donc en Bretagne si tu as trop chaud ...

    Y.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée, Y, mais ton commentaire était parmi les spams! Oui, je te le conseille si tu as l'occasion de le lire. Il va te plaire!

      Supprimer
  5. Il est dans ma PAL aussi, et a bien du mal à en sortir ! Je suis sûre qu'il va me plaire aussi. Je lirais bien "L'enfant de la neige" d'Henri Gougaud pour me rafraîchir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "L'Enfant de neige"? Avec un titre pareil,ce serait bien le roman idéal pour le moment! :)) Je me souviens qu'en lisant Terreur de Dan Simmons sur une expédition au Groenland, j'avais eu physiquement froid en lisant certains passages.

      Supprimer
  6. Une découverte pour moi. J'espère que ma bibliothèque a ce livre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'espère aussi parce que ce livre, franchement, on ne peut que l'aimer!

      Supprimer
  7. J'ai vu que romanza avait beaucoup aimé aussi, je vais finir par me laisser tenter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur de très nombreux billets que j'ai pu lire sur ce roman, je n'ai trouvé qu'une seule note négative mais très rapide et sans justification. C'est dire s'il plaît à tout public.

      Supprimer
  8. Je me rappelle avoir vraiment été intéressée et hâpée par la confrontation entre ces deux cultures, le choc et l'éblouissement qui doit en résulter. Autant j'avais par contre eu du mal à m'attacher à Mary.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le tempérament et les réactions de Mary, à peine arrivée à Pékin, m'ont également surprise. Elle se tient en retrait et n'en fait qu'à sa tête mais finalement c'est ce qui m'a plu chez elle. Elle doit tout apprendre en arrivant. Sa mère ne lui a rien appris! Elle n'en fait qu'à sa tête et doit supporter seule les conséquences de ses actes! Mais tu as raison, il y a en plus ce choc des cultures qui importe plus que tout.

      Supprimer
  9. Ah ! Un des rares livres lus cet été ! ;) Je ne lis pas ta chronique avant de rédiger la mienne ! A très bientôt ! ps : super ta nouvelle bannière ! C'est très frais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que tu l'aimes mais elle est éphémère, juste le temps de l'été! As-tu aimé ce roman comme moi? J'attends ta chronique!

      Supprimer
  10. George me l'a offert il y a un an presque pile, je suis justement dans un "début" qui ne me plaît qu'à moitié, je vais le commencer, tu m'as motivée !!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis moi-même surprise à l'aimer autant car, à la vérité, je ne me souvenais plus de l'intrigue et j'ai arrêté de lire les 4 de couverture. Heureusement d'ailleurs car je découvre maintenant que celle-ci en dit trop.

      Supprimer
  11. Bonjour Manga, merci pour cette belle lecture dans le Dragon 2012. Je ne l'ai pas encore lu ce roman mais je l'ai bien vu sur les blogs et je l'ai noté car il fait envie. Je me suis aussi abonnée à ta newsletter (j'aurais pu le faire depuis longtemps...). Bonne continuation, bonne semaine et à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un beau roman à la fois facile à lire et pas si léger que ça! A bientôt!

      Supprimer
  12. Euh, je voulais écrire Mango !!! Désolée pour le Manga... (une faute d'inattention).

    RépondreSupprimer
  13. je l'ai lu à la maternité après la naissance de mon premier, et était-ce le contexte je ne sais pas mais je n'avais pas accroché... Et pourtant on m'en avais dit beaucoup de bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, c'est dommage. Tu n'as peut-être pas aimé le récit de son voyage par bateau qui est assez long mais que j'ai pourtant bien apprécié ou alors, effectivement, ce n'était pas le bon livre au bon moment. C'est qu'il est pas mal question de maternité aussi!

      Supprimer
  14. Je n'ai pas été emballée par cette histoire. Et puis; les mères qui préfèrent leur fils à leur fille, ça me gâche le plaisir de la lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fils était fruit d'un amour réel, la fille non et surtout elle savait qu'elle serait protégée dans sa famille en Angleterre, alors que son nouveau-né n'avait qu'elle avec toutes les malchances de sa condition à la naissance!

      Supprimer
  15. Voila une odeur de gingembre qui met sacrément l'eau à la bouche. Je ne connaissais pas du totu, merci pour la découverte^^

    RépondreSupprimer
  16. Si vous voulez découvrir l'envers du décor du monde du livre et les aléas de la vie d'un petit éditeur à compte d'éditeur ou bien en savoir plus sur les phases de conception d'un livre, n'hésitez pas à passer sur mon blog :

    http://lotoedition.canalblog.com/

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  17. Je l'ai noté depuis longtemps, là tu vas me faire craquer assez vite je crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'a vraiment emballée et ça m'a fait du bien!

      Supprimer
  18. Comment est-ce possible que ce roman ne soit pas déjà dans ma PAL ??? Une erreur à réparer très vite !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sûrement! Je savais que ce roman plaisait beaucoup mais pas à ce point: j'ai dû le lire au bon moment!

      Supprimer
  19. Le personnage principal m'a paru un peu perdu au départ, et cela m'a agacé. Mais je l'ai lu jusqu'au bout.

    RépondreSupprimer
  20. MOi aussi, je vais bien finir par craquer. Après tous ces avis positifs!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.