lundi 12 novembre 2012

Confusion de Cat Clarke, La vie est un beau mensonge


Jour 3
"J'ai rencontré Ethan la nuit où j'avais prévu de me suicider. Pas super pratique quand on y pense."

Dès ce début, nous savons que la narratrice, Grâce, 17 ans, est enfermée dans une pièce toute blanche et que sa seule occupation est d'écrire sur l'unique table où des ramettes  de papier  et des stylos sont mis à sa disposition. Ethan, un beau jeune homme qui la retient prisonnière, lui rend régulièrement visite et semble intéressé par ce qu'elle écrit sur son passé. 
Elle se souvient de son amour pour  Nat, tourmenté, étrange et difficile. Elle déplore la dégradation de ses liens avec Sal, sa meilleure amie. Elle évoque la disparition de son père, l'indifférence de sa mère souvent absente, sa solitude au lycée où pourtant elle se révèle une excellente élève, ses nuits de beuverie en compagnie d'autres jeunes plus ou moins connus. 

Jusque là,  rien à redire, sauf que je ne trouvais pas ce début très original parce que des histoires d'enfermement racontées par les prisonnières elles-mêmes,  avec ou sans enfant,  j'en ai lu pas mal ces derniers temps, dont deux excellents: Room de Emma Donoghue et Séquestrée de Chevy Stevens mais quand  Grâce, la jeune enfermée,   découvrit sur ses bras de très nombreuses blessures,  plus ou moins bien cicatrisées, j'ai commencé à soupçonner le véritable endroit où elle se trouvait et qui pouvait être, en réalité, le très sage et très compréhensif Ethan qui ne cessait de réclamer les récits de ses rêves nocturnes. Dès lors le charme de ma lecture s'est envolé! 

Confusion! Le titre est à lui seul le résumé du roman.  
Confusion dans les souvenirs et l'esprit de l'héroïne.
Confusion dans le comportement de ses amis.
Confusion sur la véritable identité de chacun. 
Mais confusion aussi dans ma tête de lectrice  perdue  au milieu du roman, faute de pouvoir continuer à jouer le jeu. Une fois la fin devinée - trop tôt- je ne sentais plus aucun intérêt à poursuivre ma lecture terminée en diagonale avec d'autant moins de scrupules que je ne me suis  pas attachée à cette tigresse de Grâce qui ne craint aucun excès et tombe dans tous les pièges: une véritable boule de nerfs qui agit avant de réfléchir et se mutile ensuite! Non merci! Je passe! 

Confusion de Cat Clarke, Oct 2012, 420 pages, Collection R de Robert Laffont que je remercie.
Titre original:  Entangled, Traduit de l'anglais (Angleterre) par Alexandra Maillard 

16 commentaires:

  1. Réponses
    1. Pour moi, oui! Maintenant je dois dire qu'il plaît aux plus jeunes, si j'en crois les nombreux billets positifs déjà parus.

      Supprimer
  2. Rien que la couverture, je sais qu'il n'est pas pour moi ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle peut séduire, remarque! Bon, ce roman manque quand même terriblement d'originalité!

      Supprimer
  3. gardons la tête froide, contournons !

    RépondreSupprimer
  4. Un roman qui porte bien son titre alors. La confusion dans les romans, il n'y a rien de pire !

    RépondreSupprimer
  5. Je passe alors ! Elle est à l'hôpital ?

    RépondreSupprimer
  6. Et bien, en voilà un que je vais soigneusement éviter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvé un peu léger mais il plaît à beaucoup cependant!

      Supprimer
  7. Ah non je ne pense pas lire ce livre...

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.