samedi 14 avril 2012

Monstre sacré de Donald Westlake

Curieux récit  que celui-ci  pour qui, comme moi,  ne connaîtrait  pas l’auteur et n’aurait  pas tenu compte de l’éditeur!  Je ne m’attendais qu’à un simple roman et c’est sur un thriller que je tombe mais  je ne m’en suis rendue compte que vers la fin malgré quelques doutes  concernant les liens de plus en plus étranges entre deux amis d’enfance  inséparables, Jack Pine, la star hollywoodienne oscarisée, milliardaire  et multi droguée et Buddy qui ne vit qu’à ses crochets. 
L’histoire est simple puisqu’en apparence il s’agit du déclin d’une star qui se réveille un matin dans sa superbe propriété en bord de mer, bien mal en point après une nuit d’excès, semble-t-il, et qui, pour garder de bons rapports avec la presse, accepte de se confier  à  Michael O’ Connor, dans une interview fleuve où les questions se font de plus en plus précises. 
L’histoire tient dans cette improbable interview où le présent alterne avec des flash-back, sortes  de gros plans sur les moments phares de la vie de  Jack Pine. 
Arrive la révélation finale des plus surprenantes quand bien même je me doutais depuis longtemps des multiples secrets dissimulés soigneusement par l’acteur et son entourage.
C’est original, cruel, ironique et dramatique,  une critique féroce,  pleine d’humour noir concernant le monde du spectacle et la toute puissance médiatique des people et du paraître. L’auteur est très habile. J’ai aimé la construction de son roman et la rapidité de son style nerveux et décontracté à la fois. Un bon moment de lecture en dépit  des personnages bien peu amicaux. 
Ma biographie, c’est de la merde…une histoire pour livre de poche populaire. L’interlude religieux, le rapprochement raté avec les parents, l’épouvantable secret dans mon passé, les coucheries carriéristes, les trahisons, les lieux de tournage clinquants, les paillettes des mariages foireux, les problèmes liés aux anti dépresseurs et tout le bordel.» 

Lorraine, une de ses  femmes,  la plus intellectuelle de toutes,  lui a dit un jour en se promenant le long de la plage de Malibu où il habite: 
- Tu possèdes un merveilleux talent, chéri. Ton talent t’a lancé mais maintenant  c’est notre époque seule qui  te fait aller de l’avant. Il y  a un autre pilote aux commandes. Tu n’es plus sous ton seul contrôle. 
- A bien des égards, tu es un monstre d’un appétit puéril vorace. Et cependant en même temps tu es le bouffon sacré de Dieu, le monstre sacré, l’innocent épargné par la cruauté de la réalité. Tu peux être le héros, incroyablement fort et cependant, même moi, je  ne  connais pas les abysses de ta vulnérabilité. Et cependant, chéri, à bien des égards tu peux aussi représenter le mal ; L’innocent et le pourfendeur  de l’innocence étroitement imbriqués en une seule entité d’une grande puissance de séduction. Et cependant, avec quelle facilité tu portes ce fardeau. 
 Monstre sacré, Donald Westlake, (Rivages/Thriller, 2011, 271 p.),  traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pierre Bondil
Donald Westlake (1933-2008) est né à Brooklyn. Le polar humoristique était son genre préféré, mais aussi le roman policier, le roman noir, le thriller, le fantastique ou même la science-fiction. Il a écrit sous divers pseudonymes, en particulier ceux de Richard Stark et Tucker Coe.
Ses deux personnages préférés et récurrents sont John Dortmunder, cambrioleur professionnel aux aventures rocambolesques poursuivi par la poisse et Parker (sous le pseudonyme de Stark), jumeau sérieux de Dortmunder, un cambrioleur froid, cynique et efficace.
Il a remporté par trois fois le prix Edgar Allan Poe, Plusieurs de ses romans ont été adaptés en France: Le Couperet adapté par Costa-GavrasLe Jumeau par Yves Robert,  La Divine poursuite par Michel Deville, Je suis un assassin. (ICI)

20 commentaires:

  1. Comment ça, tu ne connais pas (encore) Dortmunder et son équipe de bras cassés? Veinarde! Je suis une fan !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, tu connais et tu aimes? Tiens! Je vais à la bibliothèque et je vais voir si j'en trouve un avec Dortmunder!

      Supprimer
  2. j'ai découvert donald westlake grâce à ma petite belle-fille, le polar qu'elle m'avait offert m'a plu :)

    RépondreSupprimer
  3. Il me tente beaucoup ce livre. Et j'ai très envie de découvrir cet auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Il y a longtemps que je n'en ai plus lu ! Je l'ai découvert grâce au film Le jumeau, que j'adorais dans ma jeunesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas vu ce film mais j'ai envie d'en lire plus de cet auteur.

      Supprimer
  5. Et hop, en tête de liste ;) ma curiosité est au plus haut !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est astucieux comme construction de roman.

      Supprimer
  6. J'ai lu il y a trèèès longtemps Adios Shéhérazade, assez déjanté dans mon souvenir, mais un bon souvenir, je crois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjanté, ça ne m'étonne pas. Celui -ci est de ce genre-là aussi!

      Supprimer
  7. Jamais lu Westlake. Pourtant c'est typiquement le genre d'auteur qui devrait me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un auteur habile qui montre ici une parfaite maîtrise dans la construction d'un roman pour le rendre très efficace.

      Supprimer
  8. je connais l'auteur de nom, mais c'est tout... a lire donc! bon dimanche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une valeur sûre car il est évident qu'il sait bâtir un bon récit! Bonne semaine à toi!

      Supprimer
  9. Je sais que c'est un auteur de polar, mais je ne l'ai jamais lu. Je retiens la suggestion de Keisha.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais la suivre également, curieuse de connaître son héros fétiche!

      Supprimer
  10. Moi non plus, je ne connaissais pas. Mais je note.

    RépondreSupprimer
  11. je note, je ne connais pas du tout... Hop, billet ajouté !

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.